7 règles d’écriture pour un meilleur référencement SEO : la checklist

Le référencement SEO est incontournable pour bien faire figurer votre site sur les moteurs de recherche, et éviter la relégation dans le purgatoire de la seconde page de Google. Améliorer son référencement est possible, il suffit de respecter les règles de l’écriture SEO. Le SEO ou Search Engine Optimization est l’une des techniques, gratuite, visant à optimiser le positionnement d'un site web dans les pages de résultats de recherche. Un site est considéré comme bien positionné lorsqu’il se situe dans la première page des résultats de recherche.

Pour rédiger un article optimisé pour le référencement SEO (ou référencement naturel), il y a des règles à respecter et il vaut mieux prendre en compte les lignes directrices utilisées par Google et son algorithme Rankbrain. Les principes de base de la rédaction web sont simples: un contenu concis et précis; et l’intégration des mots et expressions clés dans les balises principales et le texte.

Appliquez-les et vous pourrez améliorer le référencement de votre site sans tarder !

 

 1. Définissez les bons mots clés

C’est essentiel. Ils vont permettre de déterminer les requêtes des internautes susceptibles de se diriger vers votre site. Evitez les mots clés trop utilisés, préférez ceux dit de “longue traîne” qui consituent la majorité des recherches web.

Vous pouvez tenter la recherche intuitive. Mais nous vous conseillons plûtot d’utiliser les outils comme Google Keyword Planner, SEMrush ou encore Answer The Public… Vous n’avez plus qu’à faire votre marché … et à lister tous vos mots clés que vous classerez en fonction de l’objectif de votre page. N’hésitez pas à élargir le champ lexical.

Si vous souhaitez vous positionner sur plusieurs termes de recherche, il faudra créer une page par requête ciblée.

 

2. Optimisez les balises

La méta-description est un levier important du référencement SEO. C’est la balise qui s’affiche sur les pages de résultats d’un moteur de recherche (SERP). Jusque-là limitée à 140 caractères, elle est en moyenne depuis le début de l’année de 230 caractères. Voire plus. Elle doit contenir le mot-clé ciblé et être optimisée sur toutes les pages.

L’URL de la page doit aussi contenir le mot clé principal et être précise et courte  pour favoriser le partage sur les réseaux sociaux.

La balise title est fondamentale. C’est le titre du document HTML (à ne pas confondre avec le titre de l’article) à optimiser sur toutes les pages. Elle doit être cohérente avec le  contenu. Environ 70 caracteres, ou une limite de 500 pixels (chaque lettre n’ayant pas la même taille, se reporter au simulateur de SERP en pixels de reférencement.com. Elle doit être différente sur toutes vos pages.

Le titre (H1) doit contenir le principal mot clé. On doit aussi le retrouver dans les 100 premiers mots. Essayez aussi de le placer dans un des sous-titres (de H2 à H6) utilisés pour diviser votre contenu en sous-catégorie.

Jouez avec le visuel (gras, police de caractères, etc) pour permettre à l’internaute - et à Google - de se repérer rapidement.

Le truc en plus : des mots comme  “meilleur”, “gratuit” … et des chiffres rendront votre titre encore plus efficace.

 

 3. Créez du lien

Les liens sortants (renvoyant  vers un site externe) ont un impact positif sur les robots des moteurs de recherche. Ils doivent être explicites et se trouver assez haut dans la page. Mais là aussi, faites preuve de mesure : trop de liens tue les liens et leur efficacité. Cela concerne aussi les liens partenaires,souvent noyés parmi beaucoup d’autres, et à qui Google n’accorde que peu d’importance. Pas idéal pour le référencement SEO. À ne pas surtout pas faire : renvoyer vers des sites de mauvaise qualité.

La stratégie des liens internes doit être bien pensée. Ces liens pèsent beaucoup sur le référencement naturel. Leur rôle premier est de renvoyer à différentes pages de votre site que vos visiteurs sont amenés à consulter, à donc à créer du traffic. On peut aussi les nommer pour améliorer les chances d’être lus par les moteurs de recherche.

À savoir : le texte visible du lien (anchor text) doit être précis. Evitez le “cliquez ici”. Quand il y a plusieurs liens dans une page, seul le premier est pris en compte.

 

 4. Valorisez le contenu bien écrit

Évidemment, il doit être pertinent et de qualité : c’est un des critères de l’algorithme de Google. Evitez d’y inclure tous vos mots clés sans discernement.  Dresser des listes ou des inventaires de mots clés n’est pas très judicieux : n’est pas Prévert qui veut.

Il doit être varié. En cas de panne d’inspiration, retrouvez ici quelques petits trucspour vous aider à trouver rapidement des sujets.

L’écriture web répond à une réalité : on ne lit plus, on scanne. Cela induit une écriture courte, simple, une structure de page adapté.

Les verbes d’action sont préconisés pour un call to action efficace : “Découvrez nos produits”, “Rejoignez-nous” …

Utilisez le vocabulaire ou le jargon de votre secteur. Google est très sensible à une mise à jour régulière des contenus. L’internaute aussi. Pour Google toujours, le contenu important doit être placé en haut de la page.

À lire aussi : Google Panda, le contenu selon Google

 

5. Optimisez vos images

Légendez vos images avec la balise ALT (y intégrer votre mot clé ciblé), les robots web ne détectent que le contenu texte et classent vos images en fonction de l’attribut ALT.

N’hésitez pas à réduire la taille de vos images. Cela augmentera la vitesse d’affichage … un des critères pris en compte par les moteurs de recherche pour le référencement SEO.

Vous pouvez également accompagner chaque contenu audio ou vidéo d’une transcription contextuelle.

 

6.  Anticipez l'engagement sur les réseaux sociaux

N'oubliez pas  les vidéos, les GIF, et autres formats qui peuvent retenir le lecteur sur votre page et favoriser les partages sur les réseaux sociaux.

Ajoutez des boutons de partage, et partagez au maximum. Google aime ça.

Répondez toujours aux commentaires par une formule interrogative : votre lecteur devrait vous répondre, et cela est bon pour l’engagement.

 

7.  Attention aux pénalités

Avec Google Panda qui épingle les sites de mauvaise qualité et Google Pingouin qui chasse les mauvaises pratiques du référencement SEO (duplication de contenu ou duplicate content, contenu artificiel, redirections trompeuses, …), Google vous surveille. Ces pratiques seront pénalisées et la chute de votre site au fin fond des pages de recherche, rapide. Google vous demandera de corriger avant un réexamen de votre cas. Mais votre retour en grâce n’est pas garanti.
Pire que le déclassement des pages …  il y a même une blacklist.

 

De quoi rappeler qu’écrire pour le web  et référencer un site  n’est pas un empilage de mots clés, de liens imprécis et de contenus baclés, mais un véritable exercice de style et de bon sens. Un bon référencement SEO se mérite !


Comment intégrer Instagram à sa stratégie de contenus B2C ?

Contre toute attente, Instagram n'est pas (uniquement) le réseau social des mères parfaites et des brunchs idylliques. De fait, 80% des 700 millions d'utilisateurs enregistrés sur le réseau utilisent ce dernier pour se connecter à des marques. Vos consommateurs ont 10 fois plus de chance d'interagir avec vous sur Instagram que sur Facebook, 54 fois plus que sur Pinterest et 84 fois plus que sur Twitter (Source : Forbes). Il n'est donc pas étonnant que 71% des marques aient un compte Insta. Et parmi ces millions de comptes dédiés au marketing B2C, il existe des marques qui se... démarquent singulièrement. Prêts à être inspirés ? Voici 10 exemples de marques qui utilisent le contenu pour développer leur chiffre d'affaires.

 

 1. Lego

Cela fait plusieurs années que Lego démontre avec génie qu'ils ont plus à offrir que des briques multicolores. Ambassadrice d'un storytelling ludique et significatif, la marque explore le potentiel émotionnel d'Instagram. Ses contenus construits comme des minis histoires  sont pleins de références à la pop culture : du mariage royal entre Harry et Meghan, jusqu'aux super-héros de Marvel en passant par les dinosaures de Jurassic Park.

Ce qu'on retient : une communication émotionnelle et ludique, qui inscrit le produit dans un storytelling puissant.

 

2. Califia Farms

Et si votre packaging devenait votre meilleur argument Social Media ? La marque californienne Califia Farms a construit une audience de 116 000 abonnés à la simple force de sa petite bouteille aux courbes amusantes. Mis en scène dans des gif, des vidéos ou des packshots, l'emballage est la vedette du compte Instagram de l'entreprise spécialisée dans les boissons naturelles.

Ce qu'on retient : faire simple peut rapporter gros.

 

3. Letterfolk

À l'origine du compte Instagram de Letterfolk, il y un couple. Cette micro-entreprise familiale produisant des tableaux personnalisés compte pourtant plus de 500 000 abonnés ! Elle a su faire d'Instagram une plateforme pour inspirer leurs prospects grâce à des mises en scène pleine d'émotion, de sincérité et d'authenticité.

Ce qu'on en retient : des visuels inspirants, qui traduisent des émotions importantes et fédératrices pour les parents qui constituent la cible principale de la marque.

 

4. L'Opéra de Paris

Paris sera toujours Paris, et l'Opéra de Paris y est pour beaucoup ! L'entreprise utilise son compte Instagram pour partager des photos des spectacles à l'affiche, en utilisant une mise en scène "en tuile". C'est à dire qu'une plus grande affiche est découpée en plusieurs petits visuels. (Pour ce faire, vous pourriez utiliser l'app Tile Pic).

Ce qu'on retient : le partage de photos de très haute qualité qui transmettent l'émotion des spectacles live.

 

5. Tentsile

Difficile de se priver de l'effet wow quand on commercialise des produits aussi "théâtraux" que Tentsile. La marque B2C commercialise des tentes et abris outdoors, conçus pour s'accrocher dans les arbres. Leur compte Instagram mise tout sur la carte glamping et baroudeur. Pour augmenter sa base d'abonnés, l'entreprise organise des concours inter-marques où les utilisateurs doivent tagguer des amis pour participer.

Ce qu'on retient : le recours au co-marketing pour accélérer la croissance de ses audiences.

 

6. Van's

Van's est une entreprise reconnue pour ses partenariats avec des grands noms de la pop culture : Les Peanuts, Star Wars, Les Beatles... Autant de collaborations qui ont forgé le mythe de la marque de chaussures de skate. Totalisant plus de onze millions d'abonnés, son compte Instagram est l'un des principaux canaux d'acquisition de trafic vers le site-commerce.

Ce qu'on retient : les opérations de teasing à l'occasion des nouvelles collaborations, à l'image de la collection Marvel.

 

7. FinFolk Production

Qui aurait cru qu'un commerce spécialisé dans la vente de queues de sirènes deviendrait un ambassadeur de l'utilisation d'Instagram dans une stratégie B2B ? Les 200 000 abonnés du compte prouvent cependant que les images oniriques de FinFolk Productions permettent si bien aux prospects de se projeter dans le produit qu'elles sont un levier de vente essentiel pour la marque.

Ce qu'on retient : la mise en situation est un puissant facteur d'identification.

 

8. Shiseido

Inspirer la beauté, l'ouverture, le bien-être : autant de valeurs que la marque japonaise Shiseido met en scène dans son compte Instagram. Leur secret : des vidéos de 60 secondes qui mêlent émotion, avantages produits et créativité.

Ce qu'on retient : l'utilisation des fonctionnalités vidéos du réseau social. (voir notre article sur les formats vidéos dans les réseaux sociaux.)

 

9. Sephora Collections

Sephora met en avant une personnalité féminine, pétillante, ludique. Une image que véhicule parfaitement le brand content déployé sur leur compte Instagram.  Des campagnes de mots-clés permettent au compte de récolter beaucoup de User-Generated Content, à l'image de leur stratégie #LIPSTORIES.

Ce qu'on retient : la communication par campagne de mot-clé à l'occasion de lancement de produit.

 

10. Staples

55 200 abonnés et une maîtrise éblouissante des flatlays : Staples prouve qu'une entreprise spécialisée dans les fournitures de bureaux a toute sa place sur une réseau social aussi visuel qu'instagram. Son compte Instagram est très efficace pour créer de la conversion via des call-to-actions redirigeant vers les pages e-commerce du site web. Des questions ouvertures permettent également de générer des commentaires, et donc de l'engagement.

Ce qu'on retient : une stratégie orientée clairement vers la lead-gen grâce à des call-to-actions nombreux.


6 outils must-have pour les freelances créatifs

Devenir freelance est l’une des expériences les plus exaltantes qui soient. Mais la liberté, c’est comme dans la Casa de Papel : ça vient avec un prix à payer. Dans le cas des auto-entrepreneurs , cette liberté s’appelle rigueur et organisation. Tenir les délais, rester créatif, poursuivre sa formation continue, faire du networking, tout ça en développant son portefeuille client et en gérant sa comptabilité : voici quelques unes des tâches qui incombent quotidiennement à nos freelances. Puisque le baccalauréat avec option “pieuvre” n’existe pas encore, nous avons recensé six outils pour permettre de faire rimer créativité avec efficacité sans inquiétude aucune.

 

1. Pour simplifier votre enregistrement en tant qu’entreprise.

Administration française, ton univers impitoyable… Quand on est un talent créatif, il est normal d’avoir besoin d’aide pour comprendre ce que veulent dire des acronymes comme SIRET, SIREN, URSSAF, ACCRE, etc. Autant d’expressions avec lesquelles vous allez devenir familier en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Si si, croyez-moi : je suis passé par là avant de m'inscrire à la plateforme de talents de YouLoveWords (vous pouvez d'ailleurs vous inscrire ici).

Pour tous ceux qui ont envie de s’enregistrer en douceur, la plateforme auto-entrepreneur.fr offre un panel d’outils pour choisir vos assurances professionnelles, ouvrir votre compte bancaire, ou encore simplifier vos déclarations de revenus.

 

2. Pour tracker le temps alloué à vos différents projets.

Être freelance implique de travailler sur de nombreux projets et pour de multiples clients en même temps #multitasking. Cela nécessite aussi de garder un oeil sur la rentabilité de ses contrats. Deux projets pourront vous garantir la même rémunération, mais exiger de vous un effort qui ira de simple au double. Pour arbitrer, vous devrez pouvoir mesurer objectivement les contrats les plus rentables.

Plusieurs logiciels de time tracking existent sur le marché, comme en témoigne cet article du blog codeur.com. Personnellement, j’utilise Toggl. Plus simple d’utilisation, tu meurs.

 

3. Pour trouver les endroits de coworking les plus sympas de votre ville.

Ce n’est pas parce qu’on est freelance que l’on doit passer sa journée en pyjama assis dans son canapé. Vous aurez tout à gagner à rencontrer des “collègues” qui partagent vos enjeux de micro-entrepreneur. Si l’envie vous prend de renouer avec le rituel de la pause-clope ou de la discussion autour de la machine à café, tournez-vous vers les espaces de travail collaboratif de votre quartier.

Pour faire votre marché, et changer de bureau comme de chemise, direction NomadList. Enregistrez-vous gratuitement, et sélectionnez le filtre “Places to Work”. Saurez-vous résister à l’appel des cafés de Vancouver ?

 

4. Pour gérer votre comptabilité d’une main de maître.

Créer, c’est bien. Mais facturer, c’est encore mieux (c’est du moins ce qu’en disent certains conseillers bancaires). L’idéal est de trouver une solution qui centralise l’ensemble des activités de devis et de facturation, en accord avec vos obligations légales, sans vous faire perdre de temps. Parce qu’un fichier Excel, c’est bien gentil, mais ce n’est pas trop “nouvelles technologies”-friendly.

Pour piloter votre comptabilité avec la dextérité d’un directeur financier de multinationale, jetez un oeil à Tiime AE. Cet outil gratuit vous permet de gérer votre comptabilité, et vous offre des fonctionnalités bien pratiques comme l’estimation des charges trimestrielles à payer, ou le calcul des plafonds au prorata des mois écoulés depuis le début de l’année.

Pour aller plus loin, découvrez toute une sélection de logiciels de comptabilité pour indépendants.

 

5. Pour développer vos activités commerciales comme un vrai SDR.

Tout le monde n’a pas la chance d’avoir à domicile une équipe commerciale aussi wonderful que celle de YouLoveWords. Mais que votre statut d’auto-entrepreneur ne vous empêche pas d’envisager le démarchage commercial avec rigueur et méthodologie. Au lieu d’encombrer les tiroirs de votre bureau de cartes de visite de clients croisés sur les salons et dans les cocktails, misez sur des CRM taillés sur-mesure pour votre réalité.

Essayez Crème CRM, un tool gratuit de gestion des activités marketing et de suivi commercial. En plus, c’est développé par une équipe marseillaise #TeamFrance.

 

6. Pour vous former en continu.

Quand on est freelance, les conférences TED (voir notre compilation de TedTalks ici) ne suffisent pas nécessairement à nous offrir toutes les connaissances nécessaires pour nous tenir à jour sur l’évolution de nos métiers. Innovations technologiques, applications à la mode, méthodes disruptives : les raisons sont nombreuses de chercher des solutions de formations à la carte pour se tenir au courant. Et pouvoir en imposer au prochain client qui vous parlera de blockchain.

Si vous maîtrisez la langue de Shakespeare, vous trouverez beaucoup de ressources sur le site Creative Class, et notamment des podcasts à écouter en faisant votre footing. Pour les francophiles, je vous invite à consulter le site d’Amédée qui offre beaucoup de “Tips & Tools”.

À lire aussi : 10 livres pour booster votre créativité

 

Le freelancing est une aventure : vous découvrirez au fil du temps les outils les plus appropriés à votre conception du travail en free. Une fois lancé, restez à l’affût des nouveaux tools. Rejoignez des communautés pour rester au courant et entretenir la flamme !