Devenir freelance est l’une des expériences les plus exaltantes qui soient. Mais la liberté, c’est comme dans la Casa de Papel : ça vient avec un prix à payer. Dans le cas des auto-entrepreneurs , cette liberté s’appelle rigueur et organisation. Tenir les délais, rester créatif, poursuivre sa formation continue, faire du networking, tout ça en développant son portefeuille client et en gérant sa comptabilité : voici quelques unes des tâches qui incombent quotidiennement à nos freelances. Puisque le baccalauréat avec option “pieuvre” n’existe pas encore, nous avons recensé six outils pour permettre de faire rimer créativité avec efficacité sans inquiétude aucune.

1. Pour simplifier votre enregistrement en tant qu’entreprise.

Administration française, ton univers impitoyable… Quand on est un talent créatif, il est normal d’avoir besoin d’aide pour comprendre ce que veulent dire des acronymes comme SIRET, SIREN, URSSAF, ACCRE, etc. Autant d’expressions avec lesquelles vous allez devenir familier en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Si si, croyez-moi : je suis passé par là avant de m’inscrire à la plateforme de talents de YouLoveWords (vous pouvez d’ailleurs vous inscrire ici).

Pour tous ceux qui ont envie de s’enregistrer en douceur, la plateforme auto-entrepreneur.fr offre un panel d’outils pour choisir vos assurances professionnelles, ouvrir votre compte bancaire, ou encore simplifier vos déclarations de revenus.

2. Pour tracker le temps alloué à vos différents projets.

Être freelance implique de travailler sur de nombreux projets et pour de multiples clients en même temps #multitasking. Cela nécessite aussi de garder un oeil sur la rentabilité de ses contrats. Deux projets pourront vous garantir la même rémunération, mais exiger de vous un effort qui ira de simple au double. Pour arbitrer, vous devrez pouvoir mesurer objectivement les contrats les plus rentables.

Plusieurs logiciels de time tracking existent sur le marché, comme en témoigne cet article du blog codeur.com. Personnellement, j’utilise Toggl. Plus simple d’utilisation, tu meurs.

3. Pour trouver les endroits de coworking les plus sympas de votre ville.

Ce n’est pas parce qu’on est freelance que l’on doit passer sa journée en pyjama assis dans son canapé. Vous aurez tout à gagner à rencontrer des “collègues” qui partagent vos enjeux de micro-entrepreneur. Si l’envie vous prend de renouer avec le rituel de la pause-clope ou de la discussion autour de la machine à café, tournez-vous vers les espaces de travail collaboratif de votre quartier.

Pour faire votre marché, et changer de bureau comme de chemise, direction NomadList. Enregistrez-vous gratuitement, et sélectionnez le filtre “Places to Work”. Saurez-vous résister à l’appel des cafés de Vancouver ?

4. Pour gérer votre comptabilité d’une main de maître.

Créer, c’est bien. Mais facturer, c’est encore mieux (c’est du moins ce qu’en disent certains conseillers bancaires). L’idéal est de trouver une solution qui centralise l’ensemble des activités de devis et de facturation, en accord avec vos obligations légales, sans vous faire perdre de temps. Parce qu’un fichier Excel, c’est bien gentil, mais ce n’est pas trop “nouvelles technologies”-friendly.

Pour piloter votre comptabilité avec la dextérité d’un directeur financier de multinationale, jetez un oeil à Tiime AE. Cet outil gratuit vous permet de gérer votre comptabilité, et vous offre des fonctionnalités bien pratiques comme l’estimation des charges trimestrielles à payer, ou le calcul des plafonds au prorata des mois écoulés depuis le début de l’année.

5. Pour développer vos activités commerciales comme un vrai SDR.

Tout le monde n’a pas la chance d’avoir à domicile une équipe commerciale aussi wonderful que celle de YouLoveWords. Mais que votre statut d’auto-entrepreneur ne vous empêche pas d’envisager le démarchage commercial avec rigueur et méthodologie. Au lieu d’encombrer les tiroirs de votre bureau de cartes de visite de clients croisés sur les salons et dans les cocktails, misez sur des CRM taillés sur-mesure pour votre réalité.

Essayez Crème CRM, un tool gratuit de gestion des activités marketing et de suivi commercial. En plus, c’est développé par une équipe marseillaise #TeamFrance.

6. Pour vous former en continu.

Quand on est freelance, les conférences TED (voir notre compilation de TedTalks ici) ne suffisent pas nécessairement à nous offrir toutes les connaissances nécessaires pour nous tenir à jour sur l’évolution de nos métiers. Innovations technologiques, applications à la mode, méthodes disruptives : les raisons sont nombreuses de chercher des solutions de formations à la carte pour se tenir au courant. Et pouvoir en imposer au prochain client qui vous parlera de blockchain.

Si vous maîtrisez la langue de Shakespeare, vous trouverez beaucoup de ressources sur le site Creative Class, et notamment des podcasts à écouter en faisant votre footing. Pour les francophiles, je vous invite à consulter le site d’Amédée qui offre beaucoup de “Tips & Tools”.

 

Le freelancing est une aventure : vous découvrirez au fil du temps les outils les plus appropriés à votre conception du travail en free. Une fois lancé, restez à l’affût des nouveaux tools. Rejoignez des communautés pour rester au courant et entretenir la flamme !