Community manager et rédacteur seraient-ils le couple terrible du content marketing ? S’il paraît contre-intuitif de séparer diffusion et production de contenu, de plus en plus de marques font ce choix. Au risque de créer des étincelles dignes d’Elizabeth Taylor et de Richard Burton. Pourtant, les entreprises ont tout à gagner de la synergie des deux compétences, à condition de suivre quelques bonnes pratiques. Êtes-vous prêts pour le mariage du siècle ?

Diffusion et production de contenu : la synergie des talents

La diffusion des contenus reste largement l’apanage des collaborateurs à l’interne. D’après une étude Oracle/LookBookHO*, seul 9 % des entreprises externalisent cette fonction qui touche aussi bien la publication sur les réseaux sociaux que l’envoi d’emailings promotionnels. L’enjeu de la diffusion est double : conserver la maîtrise de ses listes de cibles et analyser les comportements des clients potentiels face aux contenus produits. C’est la nature stratégique de ce rôle qui justifie que les marques la réservent à des collaborateurs internes.

Pourtant, plus de la moitié des spécialistes du marketing en entreprise manquent de temps pour produire un contenu engageant**. Curata*** a même mis en évidence le manque de compétences à l’interne en ce qui concerne la génération de contenu engageant et la mise en place d’une stratégie pertinente spécifique. Le professionnel du contenu intervient au cœur de ce paradoxe, pour pallier ce besoin à l’interne. Les compétences d’un bon community manager ne sont pas celles d’un monteur de vidéo créatif ou d’un spécialiste inbound marketing. Et en matière de stratégie de contenus, toutes les expertises sont essentielles.

Réussir le mariage de la production et de la diffusion de contenu.

Produire du contenu engageant et le diffuser efficacement sont les deux compétences indispensables d’une stratégie contenu gagnante. Car un contenu n’existe pas pour lui-même. Article de blog, vidéo, infographie ou newsletter : tous servent un objectif marketing dans un environnement spécifique. Schématiquement, le rédacteur du blog de la marque et son community manager travaillent à l’atteinte d’un même objectif de communication.

C’est pourquoi une stratégie de contenu efficace table sur la synergie des compétences. Pour réussir le mariage parfait entre diffusion internalisée et production externalisée, il suffit de mettre en oeuvre quelques bonnes pratiques.

Cinq bonnes pratiques à appliquer

  1. L’univers de la marque et l’environnement business doivent être décrits avant même de discuter stratégie de contenu. Le brand book devient la Bible tant des diffuseurs que des producteurs de contenus qui s’y réfèrent pour agir en cohérence avec la stratégie globale de l’entreprise. Ce n’est pas un hasard si L’Occitane et Auto-entrepreneur.fr n’ont pas besoin des mêmes contenus.
  1. La stratégie de contenu découlant du brand book est établie en concertation entre les responsables de la stratégie marketing globale, le diffuseur de contenu et le producteur de contenu.
  1. Les règles et les contraintes entourant la production de contenus sont expliquées en détail dans un brief fourni au producteur qui peut ainsi établir la charte éditoriale. Type de contenu, longueur, mais également régularité de la production sont listées pour permettre aux différents intervenants de s’organiser.
  1. Le diffuseur de contenu effectue une veille régulière des indicateurs de performance pour évaluer les contenus les plus performants. Les producteurs de contenu tiennent compte des KPI pour effectuer des adaptations éventuelles. Par exemple, il peut s’agir de modifier la stratégie SEO ou optimiser la curation.
  1. La rencontre régulière du comité éditorial permet de réunir producteurs et diffuseurs de contenus autour du calendrier éditorial.

Si les compétences et les synergies sont au rendez-vous, votre stratégie contenu vivra heureuse et aura de nombreux KPI positifs !

***

Sources :

* Oracle/LookBookHQ
** LinkedIn Technology Marketing Community
*** Curata