Le marketing de contenu, c’est un peu comme un bon café. C’est une question d’équilibre. D’un côté, il faut la force et la robustesse d’une expertise. De l’autre côté, nous avons besoin de l’imagination et de la créativité d’un talent. Quand les deux faces de la médaille se rencontrent, la magie opère. En France, on compterait actuellement 830 000 freelances, dont 27% dans des secteurs créatifs. Rédacteurs, motion designers, voix-off : comment reconnaître celui qui propulsera votre stratégie de contenu vers le succès ? Éléments de réponses avec l’équipe YouLoveWords.

 

Trouver le bon talent : une chasse à la licorne ?

Une marque peut avoir la meilleure stratégie marketing du monde. Elle peut créer un moodboard Pinterest (à l’image du Pinterest de YouLoveWords) rempli de formats sympa et engageants. Elle peut rêver aux contenus les plus extraordinaires. Mais tout cela n’est rien si elle n’a pas le talent pour donner vie à ses attentes.

Contently les appelle les licornes. Ce sont ces talents, qu’ils soient freelances, en agence ou embauchés en interne, qui sont capables de combiner la maîtrise d’un sujet et des talents de storyteller. En les lisant, en les écoutant ou en les regardant, on se sent plus intelligents. Ils sont capables de transmettre leur expertise de façon agréable.

Pour Vincent Sanchez, Content Strategist chez YouLoveWords, ce sont les talents sélectionnés sur un projet qui font toute la différence : « Identifier le bon talent, c’est l’assurance d’un projet bien mené. » Vincent travaille au quotidien avec une dizaine de clients, et coordonne la création de punchlines comme de livres blancs. « Le bon talent est un magicien, pas un illusionniste. Son truc : les mots. Sa mission : transmettre une émotion sans enfumer le lecteur. »

À quoi reconnaît-on un bon talent ?

Créativité, univers graphique, plume, respect des délais : quels sont les critères qui définissent un vrai talent ?

Axelle Volland, Content Strategist chez YouLoveWords, connaît bien le sujet. Elle missionne de nombreux freelances, qu’ils soient rédacteurs ou motion designers, sur les stratégies de contenus de TUI, du Collectionnist, de Rhodia ou encore Déco.fr. Pour elle, ce qui définit vraiment un talent, c’est sa personnalité créative : « dans mon travail, c’est très agréable de penser à des talents en particulier rien qu’en lisant le brief du client. Savoir que l’on peut compter sur telle ou telle plume, qu’elle appréciera ce type de projet, c’est gagner du temps… Mais aussi gagner en sérénité, ce qui est aussi très précieux ! »

Outre sa qualité artistique, un talent est capable de s’approprier le brief, grâce à une bonne connaissance des enjeux sectoriels de la marque. Pour Vincent, « le bon talent, c’est celui ou celle qui est en mesure de s’imprégner et de transposer la ligne éditoriale du client. Il sait également refuser un brief hors de son périmètre d’expertise. Et bien bien sûr, il respecte les délais de livraison. »

En enfin, pour Axelle, les meilleurs talents sont « des personnes rigoureuses. Il est important pour mes clients d’être livrés en temps et en heure, j’ai donc la même exigence envers les talents recrutés. L’idéal ? Outre ceux qui livrent en avance, ceux qui préviennent en amont lorsqu’ils risquent d’avoir un peu de retard. Dans la mesure du possible, j’anticipe toujours sur ces aléas que l’on peut difficilement maîtriser à 100 % ».

 

Pour trouver ces perles, YouLoveWords peut compter sur une communauté de 25000 freelances, une équipe de 15 Content Strategists et des Talent Scouts qui dénichent dans le monde entier ces talents aussi rares que précieux.