On parle volontiers de brand book, charte de langage, charte éditoriale, mood book : mais quelles sont leurs différences ? Qu’ont-ils en commun ? Petit tour d’horizon de ces outils précieux.

La charte éditoriale : la bible des rédacteurs

Lorsque vous souhaitez vous lancer dans l’écriture d’un blog, de contenus pour votre site Internet ou pour votre magazine Web ou print, vous allez immanquablement devoir vous poser des questions. Et cela, avant même d’écrire votre première ligne. La charte éditoriale aide à répondre à ces questions et à établir un cadre. C’est en cela qu’elle est indispensable.

Vous allez ainsi définir différentes notions :

– Vos objectifs : pourquoi produisez-vous des contenus ? Ces contenus en particulier ? Cette newsletter ? Quels bénéfices souhaitez-vous en tirer ?
– Votre cible : à qui écrivez-vous ? À qui sont destinés vos messages ?
– Le ton : quelle tonalité souhaitez-vous donner à vos contenus ?
– Les visuels : quel type d’image allez-vous mettre en place ?
– La fréquence : à quelle fréquence souhaitez-vous publier des articles ?
– La structure de vos contenus : sous quelle forme souhaitez-vous les proposer ?

Cette liste n’est évidemment pas exhaustive. Vous y ajouterez autant de données essentielles à votre positionnement pour cadrer au maximum votre projet éditorial.

Ce document servira de référence à tous les collaborateurs. La charte éditoriale vous permettra ainsi d’avoir des contenus homogènes.

L’exemple pratique : ce template à remplir

La charte de langage : le mode d’emploi des mots

Dans la charte éditoriale, il doit y avoir une partie que l’on pourrait appeler « charte de langage », voire même « ligne éditoriale ». Car une fois que avez défini vos sujets, il faut savoir comment en parler :

 – Quel ton employer ?
– Comment vous adressez-vous à votre cible ? (tutoiement ? vouvoiement ?)
– Quels mots à proscrire ?
– Quels termes à privilégier ?
– Quelle tournure de phrase à éviter ? (interro-négative, exclamative, négative…)
– Quelle tournure de phrase à privilégier ? (positive, affirmative…)
– Quel temps employer ? (présent ? futur ? conditionnel ?)

Le brand book : la carte d’identité de la marque

Une marque, c’est bien plus qu’un nom. C’est une histoire, un univers, des personnalités qui la composent. Il est bien difficile de parler d’une marque en quelques phrases. Il est alors courant de réaliser un « brand book ». Il s’agit en quelque sorte de la carte d’identité de la marque. Il référence plusieurs points :

– la charte graphique
– les couleurs
– l’histoire de la marque
– le logo
– les produits phares
– les personnalités qui ont fait la marque
– les termes employés ou au contraire, exclus
– son expertise
– …

Lorsqu’un nouveau collaborateur arrive dans une entreprise, il est essentiel de lui donner un brand book. Il pourra ainsi s’imprégner de l’univers de la marque et s’immerger plus facilement. Le brand book est aussi très utile à tous les salariés d’une entreprise : du service marketing, au commercial en passant par la communication. Il se révèle très important dans le briefing d’une agence !

 

Le mood board : la personnalité de votre marque

Un autre outil peut être utile à réaliser : le mood board ou mood book. Il permet de définir ce qu’est votre marque à l’aide d’éléments extérieurs. C’est un peu le portrait chinois de votre marque. Si elle était une couleur, une émotion, un personnage, un objet déco… L’idée : compiler tout ce que vous aimez, qui vous a inspiré, et qui est en totale cohésion avec votre marque. Cela permettra à vos collaborateurs et aux agences de mieux cerner votre univers, vos aspirations, vos envies. Le mood book est très utile dans le cadre d’un repositionnement, d’un lancement produit, d’une nouvelle charte graphique…