Micro-influenceurs, maxi-engagement : le marketing d’influence en mode XXS

Et si les marques se détournaient des grandes stars des réseaux sociaux au profit des micro-influenceurs ? Lentement mais sûrement, ces outsiders sont en train de grignoter le gâteau du marketing d’influence. Authenticité et pertinence sont leurs atouts dans un écosystème numérique où l’infobésité n’est plus une chimère, mais une réalité avec laquelle il faut composer pour se faire entendre. Bienvenue dans l’ère de l’influence de précision !

Faire confiance aux micro-influenceurs : la bonne idée ?

Se faire plus petit pour se faire plus efficace : la stratégie des micro-influenceurs peut s’avérer payante. 83% des internautes se déclareraient ainsi prêts à suivre leurs conseils. Jugés plus sincères car trop petits pour vivre à l’année de publications sponsorisées, ils sont de vrais leaders d’opinion dans leur niche. Pour les marques, ils constituent d’excellents relais de communication pour quatre raisons :

1 – Plus d’engagement : une étude Digiday a mis en lumière l’impact des influenceurs sur l’engagement sur Instagram selon le nombre d’abonnés. Le constat est clair : le taux d’engagement sur Instagram est inversement proportionnel au nombre d’abonnés. Si les comptes ayant moins de 1 000 abonnés affichent une moyenne de 8% d’engagement, les profils dont les communautés se chiffrent en millions atteignent 1,7%. Conclusion : côté engagement, il faut mieux miser sur la qualité que la quantité.

2 – Un contact plus facile : contacter un influenceur peut relever du parcours du combattant tandis qu’un micro-influenceur sera naturellement plus disponible et ouvert aux propositions.

3 – Plus de portes d’entrée : au lieu de tout miser sur une personne, on met en place un partenariat avec différents micro-influenceurs et on élargit naturellement sa cible. Concrètement, c’est un peu comme le SEO avec les mots-clés génériques et la longue traîne.

4 – Une meilleure maîtrise du budget : avec les micro-influenceurs, les coûts sont moindres, on peut avancer pas à pas et tester l’impact d’un tel partenariat au lieu de prévoir un important budget sur une seule collaboration dont on ne sait pas si elle sera synonyme de conversion.

Trouver (simplement) un bon micro-influenceur

Les micro-influenceurs sont nombreux mais difficiles à trouver. Comment repérer, parmi les milliards d’utilisateurs des réseaux sociaux, ceux qui seront à même de porter l’écho de votre voix ?  Dans un premier temps, prenez la direction de sites comme Buzzsumo, qui vous permettront de repérer les comptes les plus actifs dans vos territoires de marques. Ensuite, n’hésitez pas à comparer :

  • Le nombre d’abonnés : comme évoqué plus haut, il faut miser sur un nombre raisonnable.
  • La relation avec les followers : les engage-t-il ? Comment communique-t-il avec eux ? Répond-il à leurs questions ? Utilise-t-il différents médias sociaux ?
  • L’image que véhicule le micro-influenceur : tentez de savoir comment il est perçu par les personnes qui le suivent afin de connaître son réel impact sur leur comportement.
  • La qualité de ses contenus : faites un tour de ses posts ou articles de blog afin de connaître la qualité de ses rédactions, la pertinence et l’originalité de ses contenus afin d’évaluer leur viralité.
  • La nature de ses partenariats passés et présents : voyez avec quelles entreprises il a mis en place des partenariats et tentez d’en apprendre plus sur la conversion générée.

Quand marques et micro-influenceurs se rencontrent

2016 a vu l’éclosion de nombreuses collaborations entre marques de carrure internationale et micro-influenceurs locaux. L’occasion de décliner des univers qui se nourrissent de valeurs complémentaires :

  • Sushi Shop : l’enseigne de restauration a collaboré avec Tokyo Banh Bao, une illustratrice qui recevait une lunch box et postait des photos des produits sur Instagram.
  • Adidas : dans le cadre de sa campagne 2016 Here to create mise en place pour séduire les femmes et les inciter à faire du sport, la marque aux trois bandes a mis en place des partenariats avec des célébrités mais aussi avec une runneuse connue des Instagrammeurs parisiens, Mademoiselle Run, qui relayait le message de la marque.
  • La Laitière : c’est cette fois Dolly Jessy, une bloggeuse, qui teste les parfums de glaces de la marque sur son blog et publie des photos d’elle avec de grands pots de glace La Laitière.