Chez YouLoveWords, nous aimons nos rédacteurs. Personnalités fascinantes aux parcours riches, ils ont chacun leur spécialité et accomplissent tous les jours des miracles auprès de nos clients. Parmi eux se trouve Amélie, l’une de nos rédactrices les plus prolifiques, à qui nous avons souhaité donner la parole.

Hello Amélie ! Est-ce que tu peux nous parler de toi ?

Hello ! Je suis née au Canada et j’ai grandi à Paris après un détour par la campagne anglaise et Amsterdam. Après ma khâgne, j’ai cumulé les stages de veille digitale et de management de l’art, puis je me suis frottée au journalisme politique sur France Inter. Depuis, je me suis formée à la traduction littéraire et je vis à Aix-en-Provence où je suis rédactrice freelance tout en poursuivant des recherches universitaires.

Selon toi, qu’est-ce que t’apporte ta double culture ?

J’ai la chance de jongler entre l’anglais et le français depuis que je sais parler, à chaque fois que je change de langue, c’est comme si je changeais de peau. Et à force de changer d’école et de rencontrer des cultures différentes – en Angleterre on joue à « tag » et pas à « chat » ! – j’ai appris à m’adapter facilement aux situations nouvelles. Bref, je crois que ça a influencé mon côté caméléon qui est souvent utile pour mon travail de rédactrice !

Pourquoi t’être dirigée vers la rédaction ?

Au primaire, on nous encourageait à créer de petits livres à deux : un enfant se chargeait des dessins, l’autre des mots. J’ai choisi mon camp très vite ! Être rédactrice freelance relevait de l’évidence : quoi de mieux que de vivre de son écriture tout en étant libre de son temps ?

Tu es tellement réactive que nous te soupçonnons de cacher des lutins dans ta cave pour t’aider à abattre autant de travail, aussi vite, aussi bien ! Quels sont tes secrets d’organisation ?

J’ai mis au point un petit système de division des tâches : chacun des lutins que j’exploite a une fonction bien précise pendant que je profite du soleil provençal. Plus sérieusement, je m’attache à ne faire qu’une chose à la fois. Quand je dois jongler entre plusieurs missions, je leur attribue des plages horaires définies pour être plus efficace. Pendant la rédaction, c’est concentration maximale obligatoire : pas de consultation compulsive de mon téléphone. Pour moi, le multitasking, c’est savoir faire plusieurs choses, pas toutes les faire en même temps !

Qu’est-ce qui te plaît quant au fait de travailler avec YouLoveWords ?

Question facile : la convivialité ! Les chefs de projets sont très à l’écoute de leurs rédacteurs, toujours bienveillants et précis. À mon tour de vous soupçonner d’avoir une technique de formation secrète qui permet un dosage savant de professionnalisme et de bonne humeur ! L’autre avantage pour les freelances, c’est évidemment d’avoir accès à des missions vraiment intéressantes pour des clients prestigieux.

Nous sommes admiratifs de ta capacité à écrire sur tous les sujets ! Mais quelles sont les thématiques que tu préfères aborder et pourquoi ? 

J’ai un petit faible pour les sujets lifestyle qui demandent une plume sensorielle. J’envisage l’écriture comme un art de vivre, une belle manière de présenter de belles choses. Du coup, j’adore écrire pour le tourisme et trouver le ton qui fera voyager, les missions beauté où le bien-être doit être perceptible, ou encore les textes culinaires qui font saliver.

Dans ta carrière de rédactrice, quelle expérience t’a le plus marqué ?

Sans aucun doute une mission YouLoveWords pour Aventuria, la marque luxe de TUI Travel. Il s’agissait de présenter chaque pays à travers les yeux de l’un de ses habitants. Pendant deux semaines pluvieuses d’octobre, je me suis rêvée en tisseuse guatémaltèque ou en pêcheur sri-lankais, un vrai bonheur.

Voici venu le temps des trois questions « les trois » ! Tu es prête ?

Trois fois oui !

D’après-toi, quelles sont les trois qualités indispensables à tout bon rédacteur ?

La curiosité intellectuelle avant tout ! Je ne compte plus le nombre de fois où un documentaire, un article de presse ou un spectacle découverts pendant mes loisirs m’ont servi pour une mission. Savoir s’adapter est aussi un vrai plus. C’est toujours positif de savoir aménager son emploi du temps comme de donner à sa plume l’inflexion qui plaira à la cible du client. Enfin, l’esprit de synthèse est le meilleur allié du rédacteur quand il s’agit de condenser les informations collectées pour les rendre percutantes !

Et les trois lectures qui t’ont le plus plu et pourquoi ? (tous formats confondus possibles)

Je dois avouer que je suis un rat de bibliothèque, il y a chez moi plus de livres que d’étagères où les ranger ! Je suis passionnée de littérature classique, et je reviens systématiquement à l’Odyssée. Aujourd’hui encore, on vit, on aime, on rencontre comme dans Homère, c’est un texte impérissable. En poésie, j’adore Tristan Corbière, l’auteur des Amours Jaunes. Sa concision et son humour sont indétrônables, et il a prédit le quart d’heure de gloire d’Andy Warhol en 1873 ! Enfin, le légendaire roman en six mots d’Hemingway ne cesse de me fasciner « For sale: baby shoes, never worn ». Une bonne leçon pour l’écriture sur Twitter !

Enfin, quels sont tes trois prochains objectifs / envies  ?

En premier lieu poursuivre mon activité de freelance, pourquoi pas à l’étranger ?

J’aimerais développer mon blog, Calliope, où je décrypte comment la littérature peut s’appliquer à la création de contenus. On a tendance à croire que la littérature est poussiéreuse mais au contraire, c’est une source d’inspiration inépuisable pour les rédacteurs !

Enfin, je rêve de faire paraître ma première traduction littéraire, j’ai plusieurs projets autour du modernisme anglo-saxon, j’en appelle à ma bonne étoile !

Merci beaucoup, Amélie !